1libro1euro

1 Libro = 1 Euro ~ Save The Children

traductor

Charles Darwin quotation

Ignorance more frequently begets confidence than does knowledge: it is those who know little, and not those who know much, who so positively assert that this or that problem will never be solved by science

Jean-Baptiste Colbert quotation

L'art de l'imposition consiste à plumer l'oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris

Somebody quotation

El miedo es la via perfecta hacia el lado oscuro. El miedo lleva a Windows, Windows a la desesperacion, esta al odio hacia Bill Gates y ese odio lleva a LINUX

Vares Velles

Vares Velles
Al Tall

Això és Espanya (vara seguidilla) per Al Tall

dissabte, 15 de maig de 2010

Le juge Garzon réveille les plaies de l'Espagne. Editorial de Le Monde

Aquesta és l'editorial del diari Le Monde de 16.05.2010 (vista en edició on-line avui 15.05 (coses del directe)

Le juge Garzon réveille les plaies de l'Espagne

Il est célèbre et respecté dans le monde entier pour les enquêtes qu'il a menées sur les crimes de diverses dictatures, notamment en Amérique latine, en vertu de la notion de justice universelle, dont il est un pionnier. Pourtant, le juge Baltasar Garzon va prochainement s'asseoir dans le box des accusés d'un tribunal de Madrid. Sa faute ? Avoir tenté d'ouvrir, pour la première fois en Espagne, le dossier des exactions commises par les franquistes lors de la guerre civile, puis sous la dictature de Francisco Franco.

Ces crimes ont été amnistiés en 1977 pour permettre à une démocratie convalescente de se reconstruire sur le fameux " pacte de l'oubli ". En requalifiant les disparitions de dizaines de milliers de républicains en crimes contre l'humanité, donc imprescriptibles, ce juge atypique a joué avec les limites du droit espagnol pour les besoins de la cause. Cet écart procédural lui vaut d'être suspendu de ses fonctions en attendant son procès. A 54 ans, il risque une peine de douze à vingt ans d'interdiction d'exercer : sa carrière serait terminée.

L'affaire Garzon soulève deux questions embarrassantes pour l'Espagne d'aujourd'hui. L'acharnement évident d'une partie de la magistrature à se débarrasser d'un électron libre incommode traduit un inquiétant dysfonctionnement institutionnel. Pour avoir voulu se construire en réaction au franquisme, l'Espagne démocratique a accouché d'institutions malades de leur politisation, au premier rang desquelles la justice.

Et surtout, la stratégie de l'oubli n'a pas fonctionné. Plus que la défense d'un magistrat à la personnalité et aux méthodes controversées, la mobilisation de dizaines de milliers de personnes, ces dernières semaines à Madrid et ailleurs visait " l'impunité du franquisme ". Les manifestants réclamaient " vérité, justice, réparation et solidarité avec les victimes ", brandissant des photos en noir et blanc d'un grand-père ou d'un grand oncle enterrés quelque part dans les nombreux charniers de la guerre civile.

Ces Espagnols vivent mal qu'on veuille punir le seul magistrat qui, contre vents et marées, a cherché à les aider. En commençant à ouvrir les fosses au début des années 2000, ils ont inspiré au gouvernement Zapatero une loi " sur la mémoire historique ", destinée à " fermer, honorablement pour tous, un chapitre tragique de l'histoire ". Peine perdue : l'affaire Garzon révèle la persistance de deux Espagne héritées de la guerre civile. Il n'y a plus ni " rouges " ni " nationaux ", mais une droite et une gauche prêtes à en découdre à tout propos.

En 1998, en ordonnant l'arrestation d'Augusto Pinochet, Baltasar Garzon avait gêné le gouvernement de M. Aznar, qui prônait auprès des démocraties d'Amérique latine l'exemple de la transition espagnole, fondée sur une amnésie volontaire. Aujourd'hui, les conservateurs refusent qu'on rouvre " les plaies anciennes ", alors que les associations de défense des droits de l'homme, les syndicats et les juristes qui soutiennent Baltasar Garzon interrogent : " Les victimes de Franco valent-elles moins que celles de Pinochet ? "

3 comentaris:

Antton ha dit...

Muy interesante comprobar la visión que desde fuera se tiene de todo este asunto. Desde luego en Europa están flipando.

Nynaeve ha dit...

Creo que más o menos lo he entendido todo (no sé francés)... yo espero que esto sirva para fomentar la lucha contra el franquismo y no el estrellato de Garzón al que sí cuestiono a nivel ético y moral, dado que nunca sé cuales son las intenciones de dicho juez a la hora de hacer las cosas...

jpolinya ha dit...

Para no saber francés, creo que lo has entendido bastante perfectamente, :)

Uno de los párrafos dice:

Y sobre todo, la estrategia del olvido no ha funcionado. Más que la defensa de un magistrado de personalidad y métodos controvertidos, la movilización de decenas de miles de personas, estas últimas semanas en Madrid y otras partes tenía como objetivo "la impunidad del franquismo". Los manifestantes reclamaban "verdad, justicia, reparación y solidaridad con las víctimas" enarbolando fotos en blanco y negro de un abuelo, o de un tío abuelo enterrados en algún lugar de las numerosas fosas comunes de la guerra civil.

El problema no es Garzón, a quien no le tengo demasiada simpatía, sino los Varela, Trillo, De la Rua, Dívar, etc.

Igual que el problema no son tres trajes regalados, sino el ejercicio de la función pública de la forma patrimonial (o caciquista) con que la ejercen la mayoría de los políticos, fundamentalmente los de derechas.

El problema es que seguimos sin soltarnos el pelo de la dehesa, quiero decir, seguimos sin liberarnos del franquismo.

Salut