1libro1euro

1 Libro = 1 Euro ~ Save The Children

traductor

Charles Darwin quotation

Ignorance more frequently begets confidence than does knowledge: it is those who know little, and not those who know much, who so positively assert that this or that problem will never be solved by science

Jean-Baptiste Colbert quotation

L'art de l'imposition consiste à plumer l'oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris

Somebody quotation

El miedo es la via perfecta hacia el lado oscuro. El miedo lleva a Windows, Windows a la desesperacion, esta al odio hacia Bill Gates y ese odio lleva a LINUX

Vares Velles

Vares Velles
Al Tall

Això és Espanya (vara seguidilla) per Al Tall

dimecres, 15 d’abril de 2009

Centenars d'orangutans descoberts a l'illa de Borneo

Sembla que a Borneo, a les muntanyes poc accessibles del Kalimantan oriental, s'han trobat més nius dels esperats d'aquest cosí proper nostre, quasi quasi germà, l'Orang-Hutan, home de la selva en malai.

Aquesta bona notícia ens dóna un petit descans en la carrera contra rellotge contra l'extinció d'aquest magnífic propparent.

Els subratllats en roig són meus, no del diari.




Des centaines d'orangs-outangs découverts à Bornéo

Chercheurs et ONG espèrent organiser la survie en milieu naturel de ce primate menacé de disparition

Les orangs-outangs seront-ils sauvés de l'extinction par leurs habitudes vespérales, eux qui, chaque soir, installent haut dans les arbres le couchage de branches et de feuilles dans lequel ils passeront la nuit ? Pour leurs protecteurs, en tout cas, ces nids sont providentiels. Sans eux, la présence en forêt du paisible - mais farouche - primate roux resterait le plus souvent insoupçonnée.

Et l'organisation non gouvernementale (ONG) américaine The Nature Conservancy n'aurait sans doute pas pu annoncer, lundi 13 avril, cette bonne nouvelle : plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, d'orangs-outangs vivent actuellement dans les forêts peu accessibles de Kalimantan-Est, dans la partie indonésienne de l'île de Bornéo. Une bouffée d'oxygène pour ce grand singe hautement menacé de disparition, qui renforce l'espoir de pouvoir organiser sa survie en milieu naturel avant qu'il ne soit définitivement trop tard.

La recherche d'orangs-outangs dans cette région précise ne doit rien au hasard. En 2002 déjà, dans cette même province, l'ONG avait annoncé la présence inespérée de 1 000 à 2 000 individus sur le district de Berau. C'est sur le district voisin, celui de Kutai, que la nouvelle étude a été menée. Comme précédemment, elle a consisté à compter, sur une petite portion de la forêt, le nombre de nids repérables depuis le sol, puis à extrapoler à la zone tout entière.

Et la récolte, à raison de 219 nids observés de part et d'autre d'un tronçon de route de dix kilomètres, s'est révélée fructueuse. " Il y a là au moins plusieurs centaines d'individus, voire 1 000 ou 2 000 ", a commenté Erik Meijaard, spécialiste de l'espèce à The Nature Conservancy. Un effectif d'autant plus estimable que cette zone montagneuse, accidentée et calcaire, n'avait a priori guère d'atouts pour séduire le grand primate arboricole, qui lui préfère de très loin les régions de plaines marécageuses.

La raison de sa présence dans ce lieu reculé ? Elle n'est, hélas, que trop évidente. Selon Nardiyono, le scientifique indonésien ayant mené cette observation pour le compte de l'ONG américaine, les orangs-outangs ont fui vers cette zone après les terribles incendies qui ont dévasté une partie de Kalimantan en 1997 et 1998.

Les chercheurs, qui ont eu le privilège de rencontrer deux d'entre eux - un mâle, puis une femelle - sont en mesure d'affirmer qu'il s'agit de Pongo pygmaeus morio : une sous-espèce au pelage plus brun que roux, et qui, précise M. Meijaard, " s'adapte mieux aux conditions difficiles que les autres ".

" L'HOMME DE LA FORÊT "

Pour le grand singe, cette région de Bornéo constituerait ainsi un véritable refuge. Car l'animal, qui ne subsiste en liberté que dans les seules îles de Sumatra et de Bornéo, y voit les forêts tropicales se réduire comme peau de chagrin, au profit de la culture du palmier à huile. Pour l'orang-outang (" l'homme de la forêt " en malais), qui se nourrit, s'accouple, se repose et se déplace dans les arbres, cette évolution constitue une question de survie. Et la situation est d'autant plus préoccupante que les parcs nationaux eux-mêmes, à Sumatra comme à Bornéo, ne sont plus à l'abri des convoitises économiques.

" Dans le sud de Bornéo, on est en train de réviser les frontières des parcs nationaux pour agrandir les palmeraies. Notamment le parc de Tanjung Puting, le plus riche en orangs-outangs ", précise la naturaliste Emmanuelle Grundmann, qui revient tout juste d'une mission dans l'est de l'Asie. En 2007, un rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE) estimait qu'au rythme actuel, 98 % de la forêt aurait disparu de Sumatra et Bornéo en 2022.

Dans ce contexte, l'isolement dont bénéficient encore certaines régions de l'Est pourrait représenter la solution de la dernière chance. Pour le grand singe comme pour nous-mêmes. Parce que l'orang-outang figure, avec le chimpanzé, parmi les animaux les plus proches de l'homme en termes d'intelligence et de patrimoine génétique. Il est donc des plus utiles pour l'étude de certaines maladies complexes, telle la maladie d'Alzheimer. Mais aussi, estime le paléoanthropologue Pascal Picq, " pour une raison morale ". Si nous laissons en conscience disparaître des espèces aussi proches de nous, quel frein, en effet, opposerons-nous à la disparition du reste du monde vivant ?

Catherine Vincent

© Le Monde

MOINS DE 60 000 INDIVIDUS EN LIBERTÉ DANS LE MONDE

Espèces De tous les grands singes génétiquement proches de l'homme, les orangs-outangs sont les seuls à vivre sur le continent asiatique. On distingue deux espèces : celle de Sumatra, Pongo abelii, au pelage très orangé ; celle de Bornéo, Pongo pygmaeus.

Population Les orangs-outangs étaient plus de 300 000 au début du XXe siècle.

En 2008, leur nombre était estimé à 6 600 individus à Sumatra et à 49 000 à Bornéo. Plus de 75 % d'entre eux vivent à l'extérieur des parcs nationaux, ce qui implique, pour les protéger, de prendre des mesures propres à chaque région.

Mode de vie Nomade, le plus grand mammifère strictement arboricole sillonne la forêt à la recherche de fruits, d'écorces ou de feuilles. L'orang-outang n'a généralement qu'un petit par portée, qui passe les huit premières années de sa vie en compagnie de sa mère.

2 comentaris:

armando alonso ha dit...

Buena tú reflexión (y muy bueno tú francés).Estoy de acuerdo contigo.
El hombre se ha convertido, a una velocidad vertiginosa, en el peor depredador, tanto de la naturaleza como de sí mismo.
Un abrazo.

67daniel ha dit...

¡Dios mío, qué haríamos sin estas organizaciones y voluntarios!

Un abrazo, querido Julio, y Dios -mejor dicho, el HOMBRE- quiera que estos ejemplares de orangután corran mejor suerte que todos sus antepasados del Borneo.

Sahha.

Daniel.